Actualité 2012-13, Analyse, Prédictions

Quoi regarder en cette semaine 4 – la semaine des 4 vérités!


Normalement, je me fie pas mal sur les X’s et les O’s pour établir les duels qui m’intéressent, mais à ce temps-ci de l’année, c’est plutôt sur les facteurs émotifs et la force mentale que je m’attarde. Parce que plusieurs équipes vont ou ont l’impression qu’ils vont jouer leur saison ce week-end. C’est là qu’on sent un certain sentiment d’urgence, des performances surprenantes, ou encore des équipes qui ont enfin une excuse pour se traîner les pieds.

Une des choses qu’on prends pour acquis par erreur est le niveau de passion et de désir de vaincre universel de certain de ces gars-là. Plusieurs sont là simplement parce qu’ils sont d’excellents athlètes et se sont fait dire toute leur vie qu’ils pourraient être des millionnaires instantanés en jouant au football. Pas nécessairement des gars qui adorent le football ou qui veulent gagner à tout prix. J’ai déjà entendu raconter une défaite à la semaine 17 qui faisait en sorte que l’équipe ne faisait pas les séries, et que certains joueurs, blessés ou fatigués, étaient contents de ne pas avoir à jouer un match de plus sans vraiment être payé pour. Je pense que c’est une minorité mais s’il y en a un peu plus dans un équipe, quand les résultats n’y sont pas encore à ce temps-ci de l’année, c’est facile de moralement lancer la serviette.

Un exemple classique de ça sera les Jets. Ils sont 2-1, et autant en 2009 qu’en 2010 ils ont joué au-dessus de leur niveau de talent avec le bravado de Rex Ryan et une stratégie défensive originale et imprévisible. L’an passé, ils se sont auto-détruits, avec un vestiaire divisé, un problème qui n’a pas été réglé de toute évidence. Le niveau de talent chez les Jets est très moyen, en fait, Darrelle Revis est leur seul joueur vraiment spécial dans cette équipe, de loin leur seule superstar. Le voilà sorti pour l’année. Alors j’ai hâte de voir s’ils vont se rallier derrière le leadership de Ryan (pas de Sanchez certain!), avec une attitude « us against the world », ou est-ce que ce sera une excuse pour tous les Santonio Holmes ou autres prima donas de cette équipe pour se traîner les pieds et abandonner, avec un niveau d’effort et de préparation qui n’est pas à la hauteur.

Ça vaut pour les Lions jusqu’à un certain point. La saison magique de l’an passé commence à être pas mal loin dans le rétroviseur. Ils sont 1-2, avec leur seule victoire, une victoire à l’arrachée contre les pauvres Rams. Ils ont offert une piètre performance la semaine dernière, et accordé deux touchés sur les unités spéciales, c’est une conséquence de la paresse. Ils sont reconnus pour des erreurs mentales et un manque de discipline. Cette semaine est un match qu’ils sont supposés gagner (à la maison, contre une équipe moins talentueuse). Il faut qu’ils sortent très forts, pour ne pas donner l’impression aux Vikings qu’ils ont une chance.

Le désespoir et le sentiment d’urgence doit également habiter les Patriots, qui, à 1-2, sont dans une situation inhabituelle. Quand ils ne gardent pas un Kellen Winslow après une semaine, ça veut tout dire : Bellichik et cie ne tolèrent pas ce genre de paresseux et de joueur individualiste. Pour cette raison, je n’ai aucune inquiétude sur leur niveau de motivation et de sérieux. Je vais tomber en bas de ma chaise s’ils pondent un œuf à Buffalo demain.

Ultimement, ce sentiment sera également très important dans ce qui devait être le duel de la fin de semaine, mais qui ultimement présente une équipe de 0-3 (les Saints) contre une équipe de 1-2 (les Packers). Chez les Saints, tout va mal. Ils se sont fait déclasser les deux premières semaines, par deux équipes très ordinaires, puis ont laissé filer une avance confortable à la maison la semaine dernière contre des Chiefs qui avaient rien fait de bon jusque là cette saison. Ils n’ont pas d’entraîneur-chef, ils ont l’impression que la ligue s’acharne sur eux, bref, ils ont toutes les excuses pour se traîner les pieds. Où ils peuvent se retrousser les manches et sortir une performance extraordinaire pour faire taire les dénigreurs. Du côté des Packers, je sais qu’ils ont gagné le Superbowl avec 3 victoires sur la route, mais ce n’est quand même pas une équipe qui a fait preuve de force mentale très forte par le passé. Malgré le grand nombre de victoires des dernières années, ils ont très peu de victoires en revenant de l’arrière, et très rarement ont ils réussi à désouffler le ballon et écouler le temps en attaque. Avec ce qui est arrivé lundi soir, ils se retrouvent 1-2, fort injustement certes, mais ça peut générer tout de sortes de réactions émotives opposées: être furieux, motivé et travailler plus fort pour se venger, ou sentir que c’est injuste et que ça devienne une excuse préfabriquée. À la fin de l’année, s’ils perdent en séries sur la route ou s’ils manquent les séries par un match, on va juste dire « c’est pas de leur faute ».   Reste que les Packers ont joué leurs 3 matches contre 3 des meilleures défensives de la ligue, ils ont l’occasion de se défouler contre le piètre personnel des Saints et d’essayer de marquer 50 points pour passer leur frustration!

Inversement, la semaine 4, c’est aussi souvent la semaine où certaines équipes sur le « cruise control » connaissent un certain laisser-aller. Les candidats évidents seraient Atlanta et Houston, qui se font dire comment ils sont bons et vont peut-être se bomber le torse. Mais comme ils sont tous les deux à la maison et contre des rivaux de leur division, le risque de laisser-aller est plus faible. Alors peut-être que des Seahawks distraits ou des Cardinals confiants vont se faire jouer des tours. Je souhaite le contraire, ce qui viendrait confirmer qu’il faut prendre ces deux équipes au sérieux comme des prétendants.

En terminant, je vais quand même m’attarder à deux duels X’s et O’s qui vaudront la peine d’être regardés, outre les feux d’artifices à prévoir dans le match Saints/Packers, soit Giants/Eagles et Bears/Cowboys. J’ai souvent dit que les Giants et les Eagles ont les meilleures DL de la ligue, ce sera à eux de faire la différence contre deux lignes offensives qui se tiennent, mais qui ont eu leur part de problème de performance et de santé. Michael Vick se cherche, a beaucoup de difficulté à dégainer et les Pierre-Paul, Umenyiora et compagnie sont capables de le contenir quand il improvise dans le champ-arrière. Je me demande aussi si les receveurs des Giants vont réussir à créer de la séparation face à la tertiaire des Eagles, ce ne sera pas aussi facile que contre les réservistes des Panthers. Bref, il faudra qu’une des deux attaques relève ce défi sinon on aura droit à un match à bas pointage.

Lundi soir, est-ce que les Cowboys vont enfin réussir à installer un semblant d’attaque au sol contre les Bears et leur DL sous-estimée? Sinon, ils vont devoir s’en remettre à Romo. Le problème, c’est que sa principale force, l’improvisation, est moins utile contre une défensive disciplinée comme celle des Bears. De l’autre côté comment les Bears vont faire pour garder Cutler debout face à DeMarcus Ware et compagnie, c’est est un autre qui a tendance à bouder quand il se fait frapper. Je m’attends donc là aussi à un match a faible pointage.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Archives

Inscrire votre adresse email pour suivre ce blogue et pour recevoir les nouvelles de ce site par email.

Rejoignez 497 autres abonnés

Résultats En Direct

%d blogueurs aiment cette page :