Actualité 2012-13, Analyse, Prédictions

Les coachs qui vont perdre leur emploi et la liste des candidats pour leur succéder.


La saison 2012 de la NFL, comme toutes les autres, est remplie de moments excitants et de révélations, entres autres par un des groupes de recrues les plus dynamique spectaculaire jamais vu. Par contre, un petit coup d’œil sur le classement avec 4 semaines à jouer et pour le suspense, on a déjà vu mieux.

odds-to-win-the-super-bowl-2013Normalement, à ce temps-ci de l’année quelques équipes cendrillons sont en position de force, et peu d’équipes sont éliminées. Cette année, une chance que les Redskins et les Steelers ont gagné leurs matches ce week-end, sinon la course dans 6 (si on croit aux Seahawks) ou 7 (sinon) des 8 divisions serait pas mal décidée. Dans la AFC, il ne reste que 7 clubs avec de réelles aspirations aux séries, et c’est sans trop de surprise, outre la présence des Colts les 6 autres clubs sont les 6 clubs qui ont fait les séries en 2011. Dans la NFC c’est moins clair mais les 4 leaders de division sont des clubs de séries de l’an passé.

Norv+TurnerMon billet d’aujourd’hui s’adresse donc principalement aux fans des autres équipes, ceux qui vivent des déceptions et qui aspirent à de jours meilleurs, changement qui commence souvent par un nouvel entraîneur-chef. Je vous présente donc ma liste annuelle de candidats à des postes d’entraîneurs-chef pour 2013. Vous pouvez consulter mes listes « 2012 » et « 2011« . Pour 2011 j’avais tous les candidats éventuellement retenus sauf un (Pat Shurmur), pour 2012 certaines surprises se sont glissées de sorte que seulement 3 des 7 postes accordés l’ont été à des gens sur ma liste.

Il y aura beaucoup de postes disponibles cette année, je soupçonne donc certaines équipes d’être pro-actives et de laisser tomber la guillotine dans les prochaines semaines, questions de prendre de l’avance sur le processus de due diligence et peut-être même d’entrevues, entres autres pour satisfaire le Rooney Rule en faisant passer des entrevues préliminaires à des candidats issus de minorités.

Dans l’ordre, les postes qui sont le plus susceptibles d’être disponibles : San Diego, Philadelphie, Kansas City, Cleveland, Carolina, NY Jets, Dallas, Buffalo, Detroit, Tennessee, Arizona, Jacksonville et Oakland.

Browns13 postes potentiels, attendons-nous à ce que 7 ou 8 soient disponibles. Sans m’attarder sur chacun, c’est assez rare qu’on ne donne que deux saisons à un coach, mais du côté des Browns, malgré le fait qu’ils se battent bien et montrent des signes de progrès, un nouveau propriétaire et nouveau PDG risquent de vouloir avoir leur homme, quoique Pat Shurmur a une relation précédente avec Joe Banner du temps des Eagles. Même chose pour Carolina, où le GM qui a embauché Ron Rivera contre la recommandation du propriétaire s’est fait congédier. Je n’ai pas vu le nom de Jim Schwartz dans beaucoup de listes mais attendez vous à le voir sous peu. Les Lions ont fermé les yeux sur un paquet de problèmes au nom de redevenir compétitifs à tout prix, mais Schwartz est l’exemple même du manque de discipline qui frappe cette équipe, sur le terrain et à l’extérieur. En gagnant, c’était un peu pardonné par la famille Ford, mais une décevante saison qui risque fort de se terminer 5-11 ou 6-10 sera l’excuse pour passer à autre chose.

Candidats 2013 :

Je n’inclus pas ceux qui vont perdre leur emploi, comme Andy Reid, qui pourraient être recyclés tout de suite, ou Sean Payton qui sera agent libre mais qui devrait être de retour avec les Saints.

Recyclage de vieux coachs :
jon grudenJon Gruden : les rumeurs se suivent et sont de plus en plus farfelues. Par contre, un élément qui y ajoute du sérieux, son ancien coordonnateur défensif, Monte Kiffin, vient de démissionner de son poste avec USC (de son fils Lane), semble-t’il pour revenir à la NFL. Peut-être que Gruden est déjà en train de recruter son personnel 2013 pour un retour sur les lignes de côté. Gruden était reconnu comme un entraîneur qui avait peu de patience pour former de jeunes quarts et voudra un job avec un vétéran en place, ce qui écarte un peu les Eagles, malgré le fait qu’il y ait passé quelques années occupant son premier poste de coordonnateur, et les Browns (qui ont un nouveau proprio prêt à payer le salaire exorbitant que Gruden va commander).

Il ferait un malheur à Detroit, et San Diego pourrait aussi être une destination attrayante pour lui car c’est une équipe qui peut gagner rapidement.

Bill Cowher : il commence à se faire tard, après toutes ces années. J’ai toujours cru qu’il attendait après les Giants, mais avec le Superbowl de l’an dernier Tom Coughlin est solidement en selle pour plusieurs années. Alors ce sera peut-être les Cowboys, Browns ou les Chiefs cette année, ou encore les Panthers si M. Richardson est prêt à sortir le gros chéquier.

Mike Holmgren : Il a 64 ans. Son historique comme directeur du personnel est absolument horrible (en plus de son piteux passage à Cleveland, n’oublions pas qu’il a gagné à Seattle seulement après qu’on l’ai dégommé de ses responsabilités à cet effet), donc il aura besoin d’un solide DG qui aura préséance sur lui pour le choix des joueurs. N’a pas besoin d’argent, mais probablement d’une équipe prête à gagner tout de suite, comme les Chargers ou les Cowboys.

Mike Nolan : N’a pas fait le travail avec les 49ers mais c’est quand même lui qui a mis les bases pour bâtir l’équipe qu’on voit aujourd’hui. Sa feuille de route depuis, comme coordonnateur avec les Broncos, Dolphins et Falcons, est excellente, outre le fait que personne ne semble vouloir le garder. Est-ce sa personnalité qui joue contre lui? Probablement qu’il serait prêt à travailler pour des peanuts, ce qui en fera une option à Buffalo, Kansas City, Caroline et Jacksonville, et son leadership serait sans doute le bienvenue à Detroit.

Jackson Hue Jackson : on l’oublie, et il s’est tellement fait ramasser par les médias pour l’échange de Carson Palmer que sa crédibilité est entachée, mais les Raiders étaient pas mal moins mauvais sous sa gouverne l’an dernier, et c’est le genre de « player’s coach » qui peut dynamiser un vestiaire. Il voudra tellement revenir qu’il ne refusera aucune entrevue, ce qui fera l’affaire de plusieurs propriétaires souhaitant satisfaire le Rooney Rule, et il ne fait pas exclure la possibilité qu’il sorte un lapin de son chapeau à une de ces entrevues et obtienne le poste.

Les coordonnateurs :

Greg Roman, OC, SF. Le travail qu’il fait avec l’attaque des Niners est exceptionnel. Il est arrivé de Stanford avec Harbaugh mais avait travaillé 12 ans dans la NFL avant. Son nom a circulé quand Penn St se cherchait un entraîneur-chef, ce qui montre qu’il a un certain intérêt par un poste d’entraîneur-chef. Très innovateur, je le verrais bien avec Nick Foles tenter de relancer les Eagles, avec Cam Newton et les Panthers, ou encore mettre en place une attaque conservatrice mais performante avec les Chiefs ou les Cards.

Perry Fewell, DC, NYG, avait également été l’intérim des Bills avec brio il y a quelques années. Il a fait un excellent travail et son nom circule depuis quelques années, ce qui veut probablement dire qu’il impressionne personne pendant les processus d’entrevues.

Mike McCoy, OC, Den. A réussi à mettre en place une attaque pour Kyle Orton, la modifier complètement pour Tim Tebow, et enfin tout recommencer pour Peyton Manning. Et il a connu un certain succès avec chacun des systèmes. J’ai été surpris qu’il ne soit pas un candidat plus sérieux l’an dernier, et avec le succès de cette année les mêmes équipes qui cherchent à dynamiser leur attaque avec un jeune et brillant coach (Phi, Car – où il a déjà travaillé -, KC, …) vont être intrigués par ce qu’il peut leur apporter.

Bruce-AriansBruce Arians, OC, Ind. Le travail qu’il fait comme intérim depuis la maladie de Chick Pagano et le travail qu’il a fait autant avec Andrew Luck cette année qu’avec Big Ben en 2004 font de lui un candidat intéressant pour une équipe qui doit former un jeune QB, comme les Chiefs, les Cardinals, Jets ou les Eagles. Il a déjà travaillé avec Horton, peut-être accepterait-il le poste à Arizona sachant qu’il peut garder Horton comme DC.

Jay Gruden, OC, Cin. Je me souviens de m’être fait virer de bord par une jolie fille quand j’avais 14 ans. Je me suis consolé avec sa petite sœur cadette d’un an, qui était moins populaire donc plus accessible, mais tout aussi charmante et moins prétentieuse. C’est peut-être un peu la même chose qui risque d’arriver avec les Gruden si Jon est trop exigeant en terme de pouvoirs ou de salaire…

Ray Horton, DC, Arz. C’est drôle car il fait de l’excellent boulot mais son club vient de perdre 8 games de suite et son patron, donc lui aussi peut-être, est à risque de ne pas revenir. Il a implanté la D des Steelers en Arizona, mais en étant assez flexible pour réaliser que contrairement aux Steelers, la force de son unité n’est pas dans ses OLB’s, mais sur la DL, et d’adapter son système en conséquence. Il pourrait rendre les Chiefs de Tamba Hali et de Lamar Houston très dangereux.

Mike Zimmer, DC, Cin. Son nom circule aussi depuis plusieurs années mais on dit de lui que sa personnalité trop directe et franche s’adapterait mal au rôle de « PDG » qu’un entraîneur-chef doit avoir.

Todd Bowles, DC, Phi. Avait assuré l’intérim avec les Dolphins l’an dernier et bien fait, ce qui le plaçait sur la liste des candidats pour cette année. Le désastre qui s’appelle la D des Eagles 2012 lui coûtera sans doute la chance de gagner un de ces jobs de HC en 2013, quoiqu’il aura certaines entrevues.

Gus Bradley, DC, Sea. Il fait tout un travail avec un groupe de joueurs repêchés assemblés avec des restants. Il a peu d’expérience et n’a jamais été entraîneur-chef par contre.

Joe Vitt, Interim, NO. Plutôt rare qu’un coach en fin de carrière attire autant l’attention mais le revirement de saison des Saints qui coïncidait avec son retour est indéniable. Un motivateur qui a roulé sa bosse, son association avec Bountygate sera sans doute le clou dans le cercueil qui fera qu’il n’aura jamais sa chance.

Winston Moss et Darren Perry, GB. L’an dernier leurs noms étaient sur toutes les lèvres. Et voilà 1) que Reggie McKenzie, leur ancien collègue, ne les considère pas vraiment pour le job à Oakland et que 2) la défensive des Packers, depuis le Superbowl d’il y a deux ans, est vraiment mauvaise. Perry a fait du bon travail cette année avec plusieurs DB’s recrues, mais le rôle d’un entraîneur-chef est beaucoup moins d’enseigner et beaucoup plus de gérer et de mener, deux attributs requis forts différents.

Les coachs universitaires :
Chip-Kelly_opposingviews1Chip Kelly, Oregon. Les spécialistes du football universitaires ont l’air de prendre pour acquis que Kelly ne sera pas de retour et qu’il fera le saut à la NFL l’an prochain. Les succès de Cam Newton, de RGIII avec le « pistol » et même de Colin Kaepernick peuvent laisser un propriétaire audacieux croire que l’offensive de Kelly peut fonctionner dans la NFL. Mais l’approche de Kelly, c’est plus q’un système offensif, c’est un tempo rapide dans tout, incluant la façon de pratiquer, d’appeler les jeux, de prendre des décisions, donc je m’attends à ce que Kelly soit assez intelligent pour adapter son système pas mal plus que ne l’ont fait certains célèbres coachs universitaires qui se sont plantés dans la NFL comme Lou Holtz et Steve Spurrier, tout en gardant sa philosophie intacte.

David Shaw, Stanford. il était le co-coordonateur sous Harbaugh, avec Roman, avant de prendre les rennes de l’équipe. Voilà qu’il vient de connaître deux excellentes saisons à la tête du Cardinal, l’une avec Andrew Luck, et un autre avec un QB de 1ere année. Il a déjà coaché 9 ans dans la NFL, entres autres avec Jon Gruden, et il a joué sous les ordres de Dennis Green et Bill Walsh, de belles cartes de visites. Le succès de Harbaugh va déteindre sur lui, mais son propre CV lui donne amplement de valeur en soi.

david-shaw-e1321990103745Doug Marrone, Syracuse. Je traîne Marrone sur cette liste depuis 2 ans. Ça demeure un « longshot » mais comme il a fait ses classes sous Sean Payton et qu’il réussit bien avec Syracuse malgré des embûches (difficulté de recrutement, installations désuètes, etc…) inhérentes à Syracuse, son nom va finir par sortir à un moment donné.

Bill O’Brien, Penn State. Il ne s’est jamais caché qu’il visait un retour dans la NFL. Juste pour accepter la job aux Nittany Lions, ça prenait du cran. De réussir ce qu’ils ont réussi cette année, c’est tout un exploit. O’Brien était reconnu comme un tacticien, mais il a gagné cette année ses médailles de leader d’homme. Probablement qu’une année à Penn St ce n’est pas assez, mais s’il continue comme ça le jour va venir où il va devoir choisir entre rester terminer la reconstruction qu’il a commencé ou faire le saut.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Archives

Inscrire votre adresse email pour suivre ce blogue et pour recevoir les nouvelles de ce site par email.

Rejoignez 497 autres abonnés

Résultats En Direct

%d blogueurs aiment cette page :