Actualité 2012-13, Analyse

La suite des 4 autres embauches et nominations…


Dans « mon dernier billet », j’ai parlé de Chip Kelly, Marc Trestman, Rob Chudzinski et Doug Marrone. Parlons maintenant des 4 autres nouveaux entraîneurs-chefs, de la situation du DG des Jets et de quelques autres changements de coordonnateurs qui me font réfléchir.

Andy-Reid-Chiefs-2013Kansas City : En choisissant Andy Reid, ils espèrent avoir acheté de la crédibilité. Bien que je respecte le succès prolongé de Reid avec les Eagles, qui n’avait pas toujours les meilleurs talents à sa disposition, je me questionne un peu sur lui comme meneur d’homme. Il a souvent dans les dernières années donné l’image d’un gars entêté dans ses idées (qui sous-exploitait son attaque au sol, entres autres), qui avait raison et qui s’entourait de gens qui disent comme lui. Les quelques années depuis que Tom Heckert et Joe Banner ont quitté ont aussi montré qu’il n’est pas le meilleur juge de talent, ou encore incapable d’adapter son système de jeux à ce que les joueurs à sa disposition font le mieux. Enfin, il a toujours été et sera donc toujours un mauvais « game manager », son utilisation de l’horloge, des situations de matches (4e essai, par exemple), de temps morts et des appels à la reprise vidéo font défaut année après année. Il garde la défensive 34, une bonne décision, et est allé chercher quelques entraîneurs adjoints de qualité comme Dave Toub, qui supervisait les unités spéciales des Bears depuis plusieurs années.

mike_mccoy_chargers-2013San Diego : Mike McCoy…celui qui a réussi a générer de l’offensive avec Tim Tebow, et à s’adapter à Peyton Manning. Il a aussi connu du succès avec …Jake Delhomme! Quand les Bolts ont embauché Tom Telesco comme DG, tout le monde voyait Bruce Arians mais McCoy a connu une entrevue du tonnerre semble-t’il. Si Arians a du succès avec les Cards, Telesco pourrait avoir l’air fou. McCoy a lui aussi (je sens une tendance) eu le mérite de s’entourer de Ken Whisenhunt comme OC et de garder John Pagano comme DC. Mais les attentes seront élevées, et la pression est maintenant sur Philip Rivers, parce que Norval avait le dos large…il n’est plus là, on ne peut plus dire que tout est de sa faute!

bruce-arians-cardinals-2013Arizona : le processus a été tellement étrange. D’abord les Cards ont pris une éternité pour nommer leur DG, Steve Keim qui était déjà dans l’entourage de l’équipe depuis quatorze ans. Quatorze. Il a donc participé à toutes les mauvaises décisions que cette équipe a prise depuis qu’il est là (et il y en a beaucoup). Les Cardinals ont savamment laissé sortir de l’information du genre « il recommandait qu’on prenne Adrian Peterson au lieu de Levi Brown », trop facile. S’il était si brillant, ils se seraient débarrassés de Rod Graves bien avant, et n’auraient pas niaisé deux semaines avant de le confirmer dans ses nouvelles fonctions. Ensuite, on aurait dit que personne ne voulait la job d’entraîneur-chef des Cardinals, et que Arians était le favori partout mais qu’il finissait toujours deuxième. Quand les deux se sont retrouvés tout seuls juste avant les slows de fin de soirée, ils se sont « matchés », mais on a tellement l’impression que ni l’un ni l’autre n’est en amour. Arians a un bel historique de gagner rapidement avec de jeunes quarts (Big Ben, Luck) et ce, malgré des OL déficientes, ce qui sera le bienvenu en Arizona. Mais je doute qu’il se retrouve à travailler avec un quart qui a la moitié du talent d’un Roethlisberger et encore moins d’un Luck. Les rumeurs disaient que Keim souhaitait garder Ray Horton comme coordonnateur défensif. Arians, contrairement aux autres candidats, connait bien Horton pour avoir travaillé avec lui à Pittsburgh pendant 7 longues saisons. Qu’il ait choisi d’imposer aux Cardinals de ne pas le garder et d’embaucher Todd Bowles, avec qui si je ne m’abuse il n’a jamais travaillé, ça laisse un drôle de message…

gus-bradley-jaguars-2013Jacksonville : Je connais peu Gus Bradley. On dit beaucoup de bien, comme c’est toujours le cas pour les nouveaux entraîneurs (sauf ceux du Canadien de Montréal). Il faut sans doute que David Caldwell, leur nouveau DG, ait été renversé Bradley en entrevue pour le choisir plutôt que d’attendre son pote d’université et candidat qualifié, Mark Roman (OC des 49ers). Est-ce que Bradley est juste un gars qui a été au bon endroit au bon moment avec Pete Carroll, ou est-ce que c’est lui le magicien qui a transformé des talents cachés (Brandon Browner, Richard Sherman, Red Bryant, etc…) en joueurs de premier plan? Mais force est d’avouer que cette embauche est pas très sexy pour les Jags. Dans un processus qui a vu les autres postes comblés par des entraîneurs qui viennent du côté offensif du ballon, on peut croire que Bradley, comme candidat défensif #1, est une embauche à contre-courant qui pourrait faire de lui le prochain Mike Smith. Chose certaine, avec le peu de talent dans cet alignement, c’est plus facile de devenir respectable en montant une défensive qu’une attaque. Bradley a embauché Jedd Fisch comme OC, un candidat méconnu mais qui a toute une feuille de route : dans sa carrière qui chevauche la NCAA et la NFL, il a travaillé pour Steve Spurier, Mike Shanahan, Brian Billick et Pete Carroll, avec les Seahawks en 2010 dans le même groupe d’entraîneurs que Gus Bradley. Défensivement, Bradley vient d’une lignée d’entraîneurs de Cover-2, et l’embauche de Bob Babich (ancien DC et coach des LB des Bears sous Lovie Smith) s’inscrit dans ce courrant. Les jags étaient déjà une équipe de Cover-2, donc pas trop de changement de système, mais Babich va vite se rendre compte que c’est pas mal moins facile de jouer ce système sans Brian Urlacher et Julius Peppers, n’en déplaise à Paul Posluzny et Jeremy Mincey…

JetsRestent nos deux franchises dysfonctionnelles, les Jets et les Cowboys. Les Jets sont pris avec un plafond salarial gonflé, un contrat dont ils ne peuvent se débarrasser en Mark Sanchez, et une équipe somme toutes viellissante. Pas surprenant que tellement de bons candidats se soient désistés de la course au poste de DG, et qu’ils aient dû finir par arrêter leur choix parmi une liste pas très impressionante de candidats dont les aptitudes premières sont la comptabilité plutôt que le dépistage. La bonne nouvelle, c’est que Darrelle Revis revient l’an prochain (s’il n’est pas échangé). La mauvaise, c’est que Dustin Keller et LaRon Landry sont agent libres, et que les Jets n’auront pas les moyens de les retenir. Mike Pettite s’est sauvé dès qu’il a pu, et on a embauché Marty Morninhweg comme OC. Pas sexy, mais un indice : c’est un disciple de west coast offense à sa plus pure expression (une des raisons pour laquelle, selon moi, Reid ne l’a pas amené avec lui à KC). Et si Sanchez peut réussir à être un quart moyen dans cette ligue, ce sera dans ce genre de système. Le pire c’est que s’ils sont encore aussi mauvais cette année, ils pourront encore blâmer Sanchez, ou indirectement le contrat que Mike Tannenbaum lui a fait signer l’an dernier, ce qui achète peut-être encore une job à Ryan pour 2014.

CowboysLes Cowboys ont forcé des changements de coordonnateurs, mais ont oublié de modifier la principale carence de cette équipe depuis 15 ans : le directeur général. Mr Jones, propriétaire, c’est le teps de congédier Jerry Jones, le DG. Mais non, à la place il impose a Jason Garrett le congédiement de Rob Ryan (rien contre, disons-le) mais surtout de le remplacer par le plus gros nom disponible, Monte Kiffin. Le hic c,est que Kiffin est pas mal un puriste de 43, cover-2, alors que le personnel des Cowboys (et une bonne partie de leur argent selon le plafond salarial) est taillé pour jouer un 3-4 avec l’emphase sur la couverture homme à homme. Ça ne sert à rien d’investir des millions et un top-6 pick en Brabdon Carr et Morris Clairborne pour leur faire couvrir le « flat », ce qu’un CB de 3e ronde peut faire. C’est aussi sous-utiliser DeMarcus Ware. Ça peut peut-être prolonger d’une année ou deux l’efficacité de Jay Ratliff, et fort probablement exploiter pleinement le fort potentiel de Sean lee comme LB, mais c’est tout. Encore une fois, le triomphe du style sur la substance, ce qui explique que les Cowboys végètent aux alentours de 8-8 depuis 15 ans.

En terminant, cette semaine les Saints ont annoncé le départ de Steve Spagnuolo comme coordonnateur-défensif, et qu’ils allaient migrer vers un 3-4. Bon, ils ne peuvent pas faire pire en défense que cette année, et ils ont quelques pièces intéressantes pour jouer du 3-4 comme Cameron Jordan et Curtis Lofton, mais c’est probablement la fin pour Will Smith, Jonathan Vilma Scott Shanle et Sedrick Ellis (ces deux-là sont agents libres), et dans une moindre mesure de Brodrick Bunkley.

3-4defense-foobtall-nflLe passage au 3-4 est une mode qui tient. Il y a 5-6 ans c’était une minorité d’équipes, ce qui permettait aux équipes en questions de bénéficier d’une demande (repêchage, agents libres) plus faible pour des joueurs qui cadrent mieux dans ce système. Lamarr Woodley a été un choix de 2e ronde des Steelers, aujourd’hui. ce genre de joueur sort plus tôt. Cette année c’était pas mal 50%/50%. Depuis la fin de l’année, les Saints et les Browns ont annoncé leur conversion. Les Falcons, qui ont joué du 3-4 à tous les jeux où les 49ers étaient en personnel de base la semaine passée, tendent vers ça de plus en plus, et la rumeur court que c’est ce que Chip Kelly veut faire avec les Eagles. Les Rams viennent d’embaucher Rob Ryan mais je crois qu’ils vont rester avec le 4-3 que Jeff Fisher prône (et Ryan a déjà roulé du 4-3) , surtout avec des pièces comme Chris Long et James Laurinaitis, qui sont beaucoup plus adapté au 4-3. C’est ironique mais ça renverse l’avantage de rareté en faveur des clubs de 4-3. Les Bears, par exemple, doivent faire signer un nouveau contrat à Henry Melton, un classique DT « 3-technique », qui serait mal utilisé dans un 3-4. Sur le marché des joueurs autonomes, un gars comme Melton n’est une option que pour une douzaine de clubs, par la seule contrainte de système défensif, ce qui limite beaucoup son marché et le risque (pour les Bears) que quelqu’un lui fasse une offre mirobolante.

Et tiens, tiens, voilà que les Pats, qui aiment bien être a contre-courant donc sont souvent en avant de la parade, jouent de plus en plus souvent du 4-3 (alors que BB roule du 3-4 depuis les années ’80)…ce qui leur redonne le levier pour se procurer des joueurs.

Dans une semaine, le gros match. Bonne semaine!

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Archives

Inscrire votre adresse email pour suivre ce blogue et pour recevoir les nouvelles de ce site par email.

Rejoignez 497 autres abonnés

Résultats En Direct

%d blogueurs aiment cette page :