Actualité 2012-13, Analyse, Prédictions, Super Bowl

Ultime plan de match du Super Bowl 47: X’s et O’s!


C’est le match ultime, un duel tellement intriguant, et c’est formidable de voir que les deux équipes peuvent gagner ce match, et à quel point les experts sont partagés. SI.com présente les prédictions de 7 experts, 5 prédisent une victoire des Ravens mais personne par plus de 7 points. Mes collègues du Blitz sont aussi partagés, à deux 49ers contre un Ravens. Les 49ers sont favoris par 3.5, un écart qui a rétréci toute la semaine car le pari était débalancé en faveur des Ravens. Bref, les deux équipes peuvent gagner.SuperBowl47-2013-ravens-49ers

Ce match est aussi intéressant par le simple fait d’y voir les frères Harbaugh, le dernier match de Ray Lewis, la résultante du changement de QB chez les 49ers et du changement de coordonnateur-offensif chez les Ravens. Les Ravens sont 8-1 avec Lewis, 5-5 sans lui. C’est aussi deux équipes qui auraient due être du duel ultime l’an dernier n’eut été d’erreurs monumentales dans le match de championnat. Mais surtout, c’est un duel fascinant parce que ce sont probablement les deux équipes les plus physiques de la NFL.

Ça va frapper dimanche. Les deux équipes se ressemblent. Des défensives de 3-4 remplies de vedettes, Ray Lewis, Ed Reed, Terrell Suggs, Haloti Ngata d’un côté (ils totalisent à eux quatre 30 Pro Bowls et 4 titres de joueur défensif par excellence de la ligue), vs Patrick Willis, NaVorro Bowman, Justin Smith, Aldon Smith et Dashon Goldson de l’autre. Deux des SS les plus susceptibles de porter le plaqué spectaculaire, Donté Whitner et Bernard Pollard. Des lignes offensives physiques. Beaucoup de formations à deux ailiers rapprochés, un receveur qui étire le terrain verticalement (Torrey Smith, Randy Moss) et l’autre qui peut tout attraper à courte distance (Anquan Boldin, Michael Crabtree). Des porteurs de ballon fiables et versatiles (Ray Rice, Frank Gore). La principale différence se situe au niveau du style de chaque quart, Flacco le passeur classique, expérimenté en séries avec des nerfs d’acier. Kaepernick le sprinter, jeune et peu expérimenté. Ça promet.

49ersQuand les 49ers ont le ballon : ils vont tenter de profiter du manque de vitesse des LBs des Ravens. Peut-être que Ray Lewis aura ses 15 plaqués, mais ce sera après s’être fait brûler en couverture, 7-8 verges après la ligne de mêlée. Dannell Ellerby fait souvent des jeux spectaculaires, mais il n’a pas lui non plus la vitesse pour suivre Vernon Davis, LaMichael James et compagnie, et c’est encore pire au niveau des OLB Suggs et Kruger, et pas ben ben mieux avec Bernard Pollard qui joue comme SS. C’est le plus gros désavantage dans n’importe quel duel dans ce match.

kaepernick-49ers-nfl-zone read optionOn parle beaucoup du « zone-read option » des Niners avec Kaepernick. On oublie qu’avant de jouer avec lui comme quart, ils avaient déjà une des attaques au sol les plus efficaces et physiques de la NFL, et de loin la plus imaginative et diversifiée, donc impossible à anticiper. Leur OL est la plus solide de la ligue, et est bâtie sur mesure pour courir en pleine face de n’importe qui. On ajoute la complexité du « zone read option » et l’hésitation qu’il cause, et c’est très, très difficile à défendre. Les Packers ont eu l’air fou en oubliant de tenir compte de Kaepernick, qui les a démolis à lui seul. Les Falcons ont essayé de jouer en 3-4 (alors qu’ils sont normalement un club de 4-3) pour avoir plus de vitesse et être mieux placés pour s’assurer de ne pas se faire déborder par Kaepernick, avec comme résultat que c’est Gore et James qui les ont brûlés. Les Ravens sont disciplinés et communiquent bien entre eux, donc se font rarement prendre avec quelqu’un qui se trompe de responsabilité. Et si Kaep garde la ballon, il devra se préparer à manger du Suggs ou du Krueger dans le sternum, une proposition peu agréable. Mais les Ravens ont eu beaucoup de difficulté à contenir RGIII, Alfred Morris et les Redskins en décembre (sans Lewis, par contre), ce qui pourrait être précurseur, leur manque de vitesse pourrait être exploité. Les Ravens ont joué la semaine passée presque tout le match comme si Pollard était un LB, avec 3 CB. Pas facile contre les Niners, puisque si c’est le cas, la puissance de la ligne à l’attaque et des bloqueurs périphériques (FB Bruce Miller, TE Davis ou Delanie Walker) sera difficile à contrer. Si les 49ers réussissent à imposer ce jeu et leur attaque au sol en général aux Ravens, ils seront difficiles à stopper. Ngata a connu une saison en dents de scie, il faudra qu’il sorte fort et perturbe le rythme de la ligne offensive des 49ers. Enfin, oui, il est possible que Kaepernick improvise par la course même quand des jeux de passes sont appelés, mais comme les Ravens sont de façon prédominante une équipe de zone, ça fera moins mal.

ravens-49ersL’attaque aérienne des 49ers est maintenant une attaque verticale qui s’appuie sur la force du bras de Kaepernick, mais qui simplifie sa lecture. Son groupe de receveur manque de profondeur, mais ils utilisent rarement plus de 3 receveurs. La tertiaire des Ravens est mal-aimée, mais a joué tout un match contre les Pats la semaine passée. Qu’ils aient réussi à limiter Brady à 13 points sans jamais le sacker est un tour de magie que personne n’est près de répéter. Et ce sera plus difficile d’être aussi efficace dans la zone payante que contre les Pats, une attaque moins physique que les hommes de Jim Harbaugh. Les Ravens peuvent-ils sortir un plan de match aussi imprévisible et favorable une autre fois? J’en doute. L’avantage qu’ils ont, c’est que le bon vieux Ed Reed devrait être capable de jouer un tour ou deux au jeune Kaepernick, et en profiter pour créer un revirement. Les 49ers vont finir par faire un ou deux gros jeux, c’est certain. Il faudra que les Ravens compensent par des revirements.

Bref, les Ravens ne se feront pas battre intellectuellement (c’est le plus apport de Ray Lewis, bien au-delà de ses capacités physiques à ce stade-ci de sa carrière), mais pourraient se faire battre physiquement par une unité plus jeune et plus athlétique. Je m’attends à voir les 49ers marquer des points lors de la plupart de leurs possessions (sauf si David Akers continue de manquer des FG faciles), et qu’ils contrôlent l’horloge.

RavensQuand les Ravens ont le ballon : Les 49ers, en défensive, ne sont plus la défensive dominante qu’ils ont été toute l’année…jusqu’à la 2e demie du match contre les Patriots à la semaine 15. Ça coïncide avec la blessure à Justin Smith. Depuis, ils étaient très vulnérables…jusqu’à la 2e demie du match contre les Falcons. Peut-être que Smith est en train de guérir et de retrouver ses moyens. Jusqu’à preuve du contraire, il serait dangereux d’assumer qu’ils seront une défensive qui peut contenir les Ravens à un faible pointage. Leur adversaires ne sont plus les Ravens de vos grands frères. Trent Dilfer & Jamal Lewis? Non, c’est un Joe Flacco qui excelle dans les passes de moyenne distance, particulièrement un des portes étendards de l’attaque style « Don Corryel » des Ravens, le bon vieux 12 verges, 90 degrés à l’intérieur. Ça prend un bras très puissant pour compléter ces passes à la fréquence à laquelle Flacco le réussit (encore plus de puissance dans la passe qu’une bonne vieille bombe), mais quand c’est bien fait c’est presque impossible à défendre. Leur attaque au sol est plus furtive, avec un Ray Rice qui se cache derrfière sa grosse OL et qui se fie sur son agilité latérale pour trouver les trous.

San Francisco 49ers v Baltimore RavensL’attaque sans caucus des Ravens ne sera pas dans ce match un gros facteur. Normalement, ça leur permet d’empêcher les autres équipes de substituer. Mais les 49ers n’ont pas vraiment de « spécialistes », ils jouent pas mal toujours les mêmes gars, seulement face à des formations à 3WR, ils emploient leur « nickel » mais c’est souvent seulement substituer DL Isaac Sopoaga par Chris Culliver, leur 3e CB, sans utiliser de LB ou de DL spécialistes des situations de passes. Culliver ne passera pas un match très gai (le jeu de mot EST voulu!) car c’est clair que les Ravens, comme tous les adversaires des Niners, vont le viser. Dans cette formation à 3WR, normalement c’est Carlos Rogers qui couvre le receveur intérieur, qu sera ici Anquan Boldin. L’an dernier les Giants avec Victor Cruz avaient profité de Rogers à l’intérieur, donc probablement que les Niners vont essayer de lui donner un peu d’aide, ce qui laissera soit Torrey Smith, soit Jacoby Jones seul avec Culliver ou Tarrelle Brown, des duels à l’avantage des Ravens. Il faudra qu’ils touchent la cible sur une ou deux longues passes du genre pour suivre la candence des 49ers.

C’est aussi contre-logique mais avec ce personnel sur le terrain les Ravens seront peut-être le plus capable d’imposer leur attaque au sol. Sopoaga sur les lignes de côté, Justin Smith qui n’est pas à 100% face à une OL très physique, même sans FB Vontae Leach, il devrait y avoir des trous, et de l’espace pour utiliser Rice. Ray McDonald, l’autre DE qui joue normalement à gauche de la défensive et qui se déplace à l’intérieur sur le nickel, n’est pas un mauvais joueur, mais face à Marshall Yanda, peut-être le meilleur garde de la ligue, il devrait trouver la partie longue.

Si j’étais les Niners, je tenterais de défendre cette formation avec ma défensive de base, donc comme si on considérait Anquan Boldin comme un TE, lui qui n’a plus la vitesse nécessaire pour se démarquer d’un CB rapide, mais qui gagne ses batailles avec sa position face au ballon et ses mains extraordinaires, sans escompter sa détermination.

Je m’inquiète un peu aussi de la OL des Ravens, même si elle offre du football exceptionnel depuis le début des séries. Ils ont tout chambardé leur alignement, en ré-instaurant Bryant McKinnie comme bloqueur à gauche, ce qui a permis de prendre Michael Oher et le replacer comme bloquer à droite, sa meilleure position, et de prendre le bloquer à droite, la recrue physique Kelechi Osemele, et de le placer comme garde à gauche. Ça veut dire que Justin et Aldon Smith, qui jouent ensemble à droite de la défensive sur 90% des jeux, vont passer leur match face à McKinnie et Osemele, deux joueurs qui n’ont pas beaucoup joué ensemble et qui, dans le cas de Osemele, jouent à une position qui n’est pas familière. Avec tous les jeux en croisés (« stunts ») que les Smith font, la communication entre McKinnie et Osemele devra être excellente. Ce sera un des duels clés dans ce match.

En terminant n’oublions pas l’importance des unités spéciales dans ce match. Les Ravens ont normalement toujours une des meilleures unités de la ligue (John Harbaugh est un ancien coach d’unité spéciales), mais ils ont connu un match horrible face aux Broncos, accordant pas un mais deux touchés sur des retours. Tedd Ginn Jr, des 49ers, a connu une saison moins flamboyante mais est toujours une menace, tout comme LaMichael James sur les bottés d’envoi. Par contre, David Akers connaît une saison misérable, et je présume que tout fan des Niners va avoir des brûlements d’estomac (sans lien avec les ailes de poulet) si Akers doit gagner le match à la fin avec un botté, aussi facile soit-il.

harbaugh-jim-john-sb47-nflDu point de vue du coaching, c’est étrange car c’est la même chose qu’au niveau du talent : les Ravens ont plus d’expérience (John a pas mal plus de coaching que Jim, Dean Pees et Jim Caldwell ont vu neiger pas mal) mais sont moins imaginatifs et créatifs. Une chance que les frères Harbaugh n’appellent pas les jeux. Je joue au football sous toutes ses formes (au parc, sur le Xbox, etc…) contre mes frères depuis 25 ans et je devine souvent quel genre de jeux ils vont faire dans quelle situation, ce serait la même chose pour eux!
Facteur clé non-négligeable pour les gens qui seront chez vous et qui ne connaissent rien au football, les 49ers jouent en rouge, le plus bel uniforme de la NFL !

Le verdict : ce sont deux équipes similaires, avec un niveau de talent comparable, sauf deux facettes, les receveurs intérieurs des 49ers face aux défendeurs intermédiaires des Ravens, et les deux Smith face au côté gauche de la DL des Ravens, deux duels qui sont à l’avantage des 49ers. Comme dans tous les matches de football, les revirements et un ou deux gros jeux (la bombe de Flacco a Smith ou Jones, ou la course de 50 verges de Kaep) auront un énorme impact.

Les 49ers sont donc plus jeunes, explosifs et talentueux (à l’image de Jim), et les Ravens sont plus expérimentés, organisés et ont le momentum (à l’image de John). Sans Peut-être qu’il va sonner minuit et que Cendrillon va retomber sur terre et que les Niners vont gagner ce match 35-20, mais pour l’instant, je parie que le conte de fées se poursuit et que les Ravens s’en tirent avec une victoire serrée de 30-28, avec un placement manqué de Akers!

Bon SuperBowl!

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Archives

Inscrire votre adresse email pour suivre ce blogue et pour recevoir les nouvelles de ce site par email.

Rejoignez 497 autres abonnés

Résultats En Direct

%d blogueurs aiment cette page :